13th Hermitage

Accessibilité
100%
Dangerosité
80%
Etat
25%
Intérêt
35%

La campagne, une zone où l’on peut trouver un bon nombre de lieux abandonnés. Ici, totalement perdu, cet ancien manoir connu sous un nom particulier, se confronte à une autre bâtisse similaire situé de l’autre côté de la route, mais elle, semblerait-il, serait en rénovation pour devenir une petite zone résidentielle. Son abandon, dû à la proximité d’un ancien aérodrome, date d’il y a plus d’une vingtaine d’année.

DÉCOUVERTE

Complètement perdu, comme précisé au-dessus, cet ancien petit château a été découvert lors d’une session de recherche en Haute-Picardie. Un endroit si calme qu’on en oublierai totalement la vie récente et on y perdrait bien quelques temps.

HISTOIRE

Vraisemblablement construit vers la fin des années 1890 et totalement encré dans un style industriel rappelant les grands manoirs Victorien Américains, il garde un aspect très spécial et flippant dans cette rase campagne.

La bâtisse, sombrement nommée (le nom restera secret), a été construite par un fermier à qui appartenait le terrain. Volontairement imposant, ce petit château se voulait en confrontation face à la grande maison construite de l’autre côté de la route qui avait un aspect très colonial de la fin du XVIIIe Siècle. Au fil des années, ils reçurent tous des dépendances et autres rajouts pour l’agriculture. Comme un immense hangar doté d’un convoyeur fixe de foin typique de la période industrielle. Il servit néanmoins jusqu’à l’abandon de cette grande “ferme”.

Malheureusement, avec l’implantation en 1939 de l’aérodrome pour ajouter une défense à la ligne Maginot. Les deux fermes de chaque côté de la route vécurent pendant des dizaines d’années des difficultés financières et de tranquillité. Jusqu’à l’abandon définitif à la fin des années 1990. Depuis, les lieux ont vécu nombre de saccages et destructions.

IMPRESSION

Etant situé sur une propriété privée, comme beaucoup de lieu, je ne m’attendais pas à grand chose de ce lieu, et ce fut valable. L’entièreté du château et sa dépendance étaient totalement en ruine et il ne restait pas grand chose de la vie d’avant, malgré quelques meubles en vrac, des vélos, une camionnette et des vestiges agricoles. Néanmoins, c’était tout de même une bâtisse intéressante au niveau de sa décrépitude, un manoir assez potable photogéniquement parlant et contrairement à la bâtisse de l’autre côté de la route.

Merci à Corentin. 

© Les photos présentes dans cet article sont protégés par le droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *