Château Hogemeyer

Accessibilité
60%
Dangerosité
40%
Etat
15%
Intérêt
20%

Le château est livré à lui même depuis pas mal d’année, et il est devenu totalement banal depuis que toutes les autos du jardin ont été enlevées. Il ne reste, qu’un vieille bâtisse qui attend d’être rénovée… en vain.

HISTOIRE

 Il fut construit vers 1867, peut-être par le père de Béla de Timary, noble hongrois, arrivé chez nous après une révolte nationale en 1848. Le vieux château qui nous occupe ici est dénommé «Hogemeyer», soit «la ferme du chef mayeur», en souvenir de Gabriel-Michel de l’Escaille. On le nomme encore «château de Turck» du nom des barons propriétaires du domaine jusqu’en 1969 ou 1970. Le château jadis entouré d’eau et posé en direction de Waenrode est éloigné du village. Isolé à proximité d’un grand bois.

Ce château était le centre d’une seigneurie d’Ancien Régime. On sait par un auteur anonyme du début du siècle passé qu’il fut longtemps la propriété de la famille Schotte, vicomtes de Bergues-Saint-Winock, sires de Winghe.

Karl de Turck a agrandi le château d’une belle chapelle et il a augmenté un peu les dépendances, avec l’aide d’un architecte inconnu.

La toiture en pavillon est couverte d’ardoises. Entre trois lucarnes, elle présente au centre un clocheton rectangulaire. Le logis est bordé de part et d’autre de deux ailes en léger retrait d’un niveau et demi sous toiture en bâtière, à croupe. A l’ouest, monte une tour en carré engagée, de quatre niveaux dont les baies sont ornées de linteaux bombés à clés. Elle est sommée d’une belle toiture à clocheton. A l’est, une tour d’escalier hexagonale file sur quatre autres niveaux. Elle est bordée par la chapelle néo-gothique affublée d’un contrefort décoratif qui se termine par un autre clocheton rectangulaire en encorbellement.

DÉCOUVERTE

Découvert comme beaucoup d’urbexers grâce aux nombreuses voitures présentes dans le jardin et dans les dépendances, mais toutes absentes depuis quelques temps, ce qui enlèves toute une partie intéressante à ce château qui n’a plus que son architecture énigmatique pour intéresser.

L’EXPLORATION

Il n’y a pas grand chose à dire sur l’exploration, juste que c’est assez risqué d’y aller, si on se fait chopper, on a 250€ d’amende par tête, c’est pas rien.

C’est surtout l’extérieur ici qui nous intéressait. Néanmoins, l’accès à la chapelle est assez long car il y a 2 étages à “escalader” et elle se trouve au fin-fond du château, et c’est là qu’on remarque bien que c’est une aile qui a été rajouté bien après la construction du château.

Les autres pièces ne présentait aucune curiosité ou autre, toutes complètement vides et délabrés, heureusement que le château est en reconversion car il n”aurait pas tenu les années qui arrivent.

IMPRESSION

Déçu, complètement, je savais tout de même à quoi m’attendre, mais j’avais un espoir minime qu’il reste un camion ou rien que la charrette, mais que dalle, enfin bon, c’est un spot que je ne re-visiterais pas.

 
© Les photos présentes dans cet article sont protégés par le droit d’auteur.
[social_warfare buttons=”Facebook,Twitter,Total”]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *