Chez Bobonne

Accessibilité
50%
Dangerosité
60%
Etat
55%
Intérêt
55%

 » Une grand-mère est la gardienne des traditions.  » J.Gastaldi

Une petite maison perdue au centre d’un village nous réserve un temps passé quelque peu intéressant. Quelques chambres, un rez-de-chaussée à moitié écroulé et une vie entière qui se met à disparaître petit à petit. Cette maison révèle une tristesse réaliste…

DÉCOUVERTE

Assez peu connu face à d’autres petites maisons qui porte un nom quasiment similaire, cette petite maison surprend par bien des facettes. Notamment par son terrain qui est assez vaste et cache une autre petite maison complètement inaccessible. Nous ne savons pas, d’ailleurs, d’où lui vient son nom si particulier.

HISTOIRE

Maison classique Belge d’après guerre, elle garde extérieurement un charme distinct des autres bâtisse plus moderne au alentours. Son histoire est complètement mystérieuse, nous n’en savons clairement rien, mais il semblerait que ce soit une famille plutôt aisée qui y a vécu et qui élevait un bon nombre de volailles. Ainsi, il avait en leur possession un grand terrain mais aussi la maison citée plus haut.

L’EXPLORATION

Après avoir accédé au terrain, nous nous sommes retrouvé dans une véritable « forêt » qui isolait la maison. Par une fenêtre, nous avons eu accès au salon, qui avait bien changé et plongé dans le noir par rapport à d’anciennes photos. Par la droite, la cuisine, qui était dans un état pitoyable mais bien orienté « decay » avec une statue de christ des plus flippantes, les soucis de l’humidité de ce genre de maison à l’abandon. Vers la rue, nous avions le salon, qui, lui aussi avait été bien vidé et était complètement ouvert à la rue, ce qui nous faisais prendre un risque à chaque fois que nous passions dedans.

A l’étage, tout était pratiquement plongé dans une obscurité verdâtre dû aux arbres printaniers. Deux chambres étaient réellement intéressantes, l’une à la tapisserie verte qui augmentait cette nuance, et l’autre, très resserrée sur elle-même, bleue. Les autres salles étaient clairement dénuées d’intérêt et/ou montrait un signe clair de squat.

Cette visite plutôt courte se finie par les enclos et batteries des volailles qui étaient plutôt nombreuses.

IMPRESSION

Je ne connaissais que de vue cette maison, je ne m’en était pas intéressé plus que ça, et même de l’extérieur, elle ne me donnait pas confiance. Et pourtant, la surprise fut principalement à l’étage qui était, pour certaines salles, dans un état plutôt bon. Bien que la visite fut rapide, j’ai été plutôt surpris de ce qu’on pouvait y trouver. Malheureusement, la grande majorité des salles étaient plongées dans une obscurité partielle mais elle dégageait un charme unique, bien qu’humide, tel une maison abandonnée dans les marais.

© Les photos présentes dans cet article sont protégées par le droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *