Maison Ypres

Accessibilité
95%
Dangerosité
45%
Etat
70%
Intérêt
80%
Au delà des couleurs

Parfois il faut se perdre dans certaines allées pour trouver des trésors. Plutôt classique cette maison possédait un charme qui n’était pas anodin, entre richesse, confortabilité et petit côté mystérieux avec une ou deux pièces toujours fermées.

DÉCOUVERTE

Trouvée assez facilement après l’avoir vu passer via quelques collègues urbexers, elle reste tout de même assez cachée et peu explorée malgré que le propriétaire ne manque pas de préciser avec quelques papiers sur les fenêtres “No Urbex”… Il y a quand même mieux comme moyen de dissuasion.

HISTOIRE

Maison de l’ancien propriétaire d’une toute petite production d’eau de source sur le terrain même (enfermé dans un hangar collé à la demeure), elle fut vraisemblablement construite entre 1960 et 1980 en même temps quad l’entreprise s’est installée. Fan de Rallye amateur, il participait souvent avec une Ford Escort xr3i cabriolet modifiée notamment lors du rallye d’Ypres, où la voiture était estampillée. Dans la maison, se trouvait aussi l’accueil, une partie du stockage et un bureau pour l’usine de production.

Sans grande informations sur la raison de l’abandon de la maison et de l’usine de production, il semblerait que toutes activités aient cessées au milieu des années 2010, laissant tout sur place. Néanmoins, le propriétaire et divers “associé” passerai toujours par moment dans le hangar.

IMPRESSION

Une maison qui me tentait bien de faire, je pensais, qu’à l’époque où j’y ai été la première fois, elle était soit fermée, soit dans un très mauvais état, cependant, à part quelques endroits très bordéliques, tout était resté pratiquement nickel. Malheureusement, lors de la première exploration, le hangar était complètement fermé, ce qui nous avait totalement empêché de découvrir ce qu’il s’y cachait réellement, mais il était ouvert lors de la seconde exploration et cela ferra l’objet d’un autre article dans les mois qui arrive. Pour revenir à la maison, bien qu’elle semblait assez classique par rapport à d’autres, elle avait un charme, notamment provoqué par le fait qu’elle avait quand même bien subit les affres du temps et de l’humidité, qui avait touché jusqu’au rez-de-chaussée qui présentait un endroit précis particulièrement beau et decay, une chose que j’avais rarement croisé depuis la Maison de la Dessinatrice. Une belle exploration.

© Les photos présentes dans cet article sont protégés par le droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *