Runaway Train

Accessibilité
50%
Dangerosité
100%
Etat
100%
Intérêt
75%

“Faut-il réagir contre la paresse des voies ferrées entre deux passages de trains ?” Marcel Duchamp

L’urbex, malgré son intérêt à privilégier les lieux abandonnés, ça reste aussi orienté vers les lieux interdits d’accès… C’est ici le cas avec cet hangar qui, en premier temps, paraissait abandonné mais qui s’est révélé encore utilisé, comme on peut le remarquer sur les différents reportages photos sur le web, différents trains tournent, ainsi que l’électricité est toujours active (qui n’est pas forcement un signe de non-abandon).

DÉCOUVERTE

Exploré par un petit nombre d’explorateurs entre Décembre 2018 et Janvier 2019, sont succès a eu raison de lui et quelques personnes mal-attentionnées s’y sont aventurés et ont volés certains éléments. Ce qui a accrus la surveillance du site.

L’EXPLORATION

Suite à un accès assez simple menant aux rails et à l’hangar, nous avons quelque peu tourné pour trouver une entrée. Après avoir vu deux jeunes traîner autour, nous avons rapidement repéré une vitre manquante sur les portes nous permettant d’y pénétrer.

Une fois à l’intérieur, un ancien autorail, le premier de sa série, le 4601 SNCB série 46 de Ragheno, se présentait directement à nous, quelque peu rouillé et entouré de wagons de marchandise, je pense qu’il attendait ici une prochaine rénovation pour finir dans un musée qui sont si nombreux en Belgique. L’hangar était très vaste, mais déjà, dès le début, je remarquais divers éléments qui différaient par rapport aux photos que je pouvais voir sur le net, notamment certaines locomotives manquantes et aussi cet engin rouge qui était totalement neuf. Nous étions alors en compagnie de deux autres explorateurs.

Plus loin, étaient présentes, six ou sept anciennes locomotives fret typiquement belges. Principalement, une diesel série 80, une 5146 et une 5946 avec la peinture verte des années 1970. La plupart d’entre-elle, mise à part la série 80, ne sont plus utilisées et vont surement finir dans la poussière au font de l’hangar… Sans jamais avoir un espoir de reconversion ou conservation.

Une fois avoir fait le tour extérieur de ces machines, j’ai été voir au fond pour voir les ateliers, tout était dans un très bon état, mais je pouvais facilement voir tous les éléments démontés de ces trains et certains outils servant à les démonter et les réparer. Alors que je m’apprêtais à explorer les pièces annexes, je me fis avertir par mes « collègues » que des ouvriers tournaient autour du bâtiment et qu’une alarme silencieuse avait été déclenchée. Dans ce cas là, il est inutile de rester plus longtemps et il vaut mieux se préserver de quelconque danger. La visite se fini ici, malheureusement sans avoir exploré certaines pièces et les intérieurs des locomotives…

L’IMPRESSION

Ce n’était pas à la base un lieu qui m’intéressait au point de l’explorer, je ne l’avais même pas recherché à la base, mais étant dans le coin à cette époque c’était tout de même une occasion pour le visiter. Des locomotives et d’anciens autorails sont toujours des choses vraiment impressionnantes à explorer, mais ici étant donné que le lieu ne soit pas réellement abandonné ce fut limite, l’intérêt n’était pas vraiment au rendez-vous, mais bon, après tout c’était tout de même un bon lieu avec son bon lot d’adrénaline…

© Les photos présentes dans cet article sont protégées par le droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *