Village Davy Crockett

Accessibilité
75%
Dangerosité
30%
Etat
70%
Intérêt
90%

 

Perdu au bout de la campagne Flamande, un ancien village de gîtes ruraux reste figé dans l’âge d’or des années campagnardes, mais c’est une chose qui a été voulue par les entrepreneurs de ce camp de vacance pour lui donner un aspect rustique mais tout de même avec un confort adéquat pour la clientèle visée.

DÉCOUVERTE

Découvert sur un autre site d’urbex, le lieu est vraiment très peu connu, seul quelques explorateurs ont pu le faire, et beaucoup de jeune du coin y ont squattés. Le Village en lieu même ne restera sûrement pas en friche très longtemps, il va sans doute très bientôt être rénové et réutilisé… Un bien beau site qui aura une nouvelle vie.

HISTOIRE

Construit sur le site d’une vieille ferme Flamande de la fin du XIXe Siècle, le village de gîtes ruraux y a pris place sur le terrain entier, mettant en valeur le lac qui est présent depuis bien plus longtemps.

Entièrement rénovée, la ferme a été reconvertie en complexe multi-usage rassemblant piscine, jacuzzi, laverie, sauna, et salle pour enfants. Tout autour, quatorze gîtes ont poussés dans un style rustique du XVIIe Siècle tout en mêlant le confort « contemporain » de fin 1990, début 2000. A l’avant du terrain, un bâtiment étrange dans un style mélangeant celui Niçois et Italien (assez moche extérieurement et sans rapport avec le reste) y a pris place. Celui-ci rassemblait l’administration, le bar et diverses autres pièces non-identifiées.

Sur ces dernières années, le village a été très mal apprécié par beaucoup de négligences concernant la propreté, la bienveillance, la sympathie et le manque d’attention. D’après certaines histoires, les gîtes, l’étang et la piscine étaient assez sales, la propriétaire était assez désagréable… Ce qui a bien baissé la côte de ce camp et sûrement aussi les revenus. Il était réputé pour être ouvert toute l’année, mais ça ne devait pas être une très bonne chose au niveau du budget annuel.

Sa date d’abandon est encore inconnu, mais nous hésitons tout de même entre 2014 et début 2017 en voyant l’état général assez bon du village, tout y reste très propre et cela faire le plaisir du peu d’explorateurs qui le trouve.

L’EXPLORATION

Pratiquement ouvert à tous, il y a deux entrées possible, par l’avant en passant par le portail ouvert, ou par un chemin de campagne qui donne sur la gauche du village.

En entrant, nous tombons de suite sur un petit hangar dans le même style architectural que le reste du village, juste devant se trouve l’ancien minuscule manège qui était jadis en face de l’ancienne ferme. Un spectacle très glauque en voyant les animaux du manège décrépis par le temps.

1507233851-igp1825.jpg

Plus loin, une entrée nous permettait de nous introduire dans le bâtiment administratif, et là le doute s’installa, dans la plupart des salles, il y avait beaucoup d’activités humaines encore récentes, comme des gilets de sécurité, des dispositions d’objets très spécifique. Au milieu du bâtiment, se trouvait une grande et large « piscine » vidée traversé par un petit et massif ponton.  Le reste ne présentait que peut d’intéret, peu de meubles mis à part deux bars, un bureau et l’immense salle de bain assez luxueuse.

Une fois ressorti, nous nous sommes dirigé vers le corps de ferme, en commençant par l’exploration du sauna suivi par la salle pour les jeunes. Qui était dans un style très orienté western, constitué de bois simili ébène et des cagots de bouteilles sur les murs. Juste à côté, après avoir passé un corridor pour l’hygiène, la piscine était là, vaste et rustique avec ses décorations au plafond, mais avec une eau dégueulasse. Malgré tout, l’aspect général de celle-ci était très beau, avec le petit passage impressionnant menant à la partie extérieure de la piscine. Ce devait tout de même être un endroit très cosy.

Par la suite, nous sommes partis vers le premier gîte, d’une entrée très facile, tout le confort y était, grands fauteuils, télévision cathodique, cuisine équipée mais petite, et deux chambres à l’étage.

A vrai dire, tous les gîtes se répétaient beaucoup, toutes les chambres situées à l’étage en général, à quelques exceptions près. La plupart était dans un parfait état, le salon était toujours disposé comme pendant que le village était en vie. Par contre, il ne devait pas être prévu pour les personnes à mobilité réduite, le terrain était assez accidenté et les chambres mal placées. Il n’y a seulement un gîte que nous n’avons pas pu exploré à cause des portes réellement bien fermées. Deux autres était assez différents, le premier, qui réunissait trois logement mitoyens étaient assez resserrés sur eux même, idéals pour deux ou trois personnes, mais certainement pas plus. Le second était le deuxième plus grand gîte, doté d’un salon immense de chambres aux rez-de-chaussé, et de minuscules chambres à l’étage. Malheureusement, la plus part des étages des maisonnettes étaient plongés dans une obscurité récurrente qui ne devait pas être agréable la journée quand le camp était toujours en activité.

Chaque chemin et chaque maisonnette portait un nom, ce qui donnait réellement l’impression d’être dans un véritable village de campagne du XVIIe Siècle complètement abandonné.

La visite se finie par le tour de l’étang et de la cabane de pêcheur, qui s’était complètement écroulée, mais le lac présentait une vue plutôt agréable.

IMPRESSION

très content de cette exploration, nous avons été impressionné par le côté unique et rustique du village, c’est une chose très rare à voir, même encore en activité, en France. La visite est très agréable et tranquille, à la limite de la balade en forêt. Dans un mélange entre l’Hôtel au Paradis et Doel, on se croirait dirigé directement dans une autre époque où un grand drame se serait passé et/ou les gens auraient désertés leur humble maison. D’ailleurs, mise à part la villa à l’entrée, la plupart des maisonnettes dégageaient une aura de confiance, comme si on nous invitait à y entrer sans risque et pour nous en mettre plein les yeux. Une superbe visite pleine de surprises et rebondissements.

© Les photos présentes dans cet article sont protégées par le droit d’auteur.

[social_warfare buttons= »Facebook,Twitter »]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *