Porscherie

Accessibilité
100%
Dangerosité
70%
Etat
20%
Intérêt
45%
« Personne n’a fait la voiture de mes rêves, alors j’ai dû la faire. » Ferdinand Porsche

Au delà de la décrépitude, nous pouvons toujours voir ce qu’il y a de plus beau. Au delà de la ruine, l’esthétique ressort sans jamais se déborder. C’est ce que j’ai ressenti lors de ma visite de cette ancienne grande ferme peuplé de dizaines d’autos en friche, et notamment une bonne parti de Porsche 924 totalement pillées.

DÉCOUVERTE

Vraisemblablement peu connu, j’étais tombé par hasard sur ce lieu perdu au milieu des champs. Bien que son état laissait vraiment à désirer, la façon dont les voitures se mariaient avec la nature emprise de l’automne était vraiment agréable à observer.

HISTOIRE

ne pouvant développer sur l’historique, je me pencherai donc vers cette iconique automobile qu’est la Porsche 924.

Gros succès pour Porsche, cette voiture fut commercialisée à partir de la fin des années 1970 pour un marché assez large, alors qu’elle était assez novatrice sur certains points. Dotée d’un châssis très équilibré pour son époque et type automobile, elle était aussi doté d’un bon nombre de pièces Volkswagen et Audi, néanmoins, son poids limitait ses chevaux et lui donnait un freinage douteux.

Cette auto vue le jour avec l’association de Porsche et Volkswagen, qui, suite au déclin progressif de la 911 et de la Coccinelle. Il y avait déjà eu une association de ce genre avec la 914, mais elle fut l’un des premiers modèles de la marque à avoir un moteur à l’avant, ce qui la rendait facilement grand-public. Designée par Harm Lagaay, son succès fut de courte durée face à la crise économique résultant du Choc Pétrolier de 1973, Volkswagen abandonnant le projet au profit de sa célèbre Golf, mais Porsche ne s’arrête pas là et s’attelle à créer une auto d’entrée de gamme de caractère, efficace, confortable et utilisable au quotidien.

Elle vécu pas mal de modification, notamment niveau puissante jusqu’en 1979, mais sa production continua jusqu’en 1988. Cependant, pendant cette période de neuf ans, elle fut reproduite en beaucoup d’éditions limitées; Notamment la Spéciale USA, la Jubilée (édition 50e anniversaire), ou encore la 924s Le Mans.

IMPRESSION

Enthousiasmé par ce lieu, je fus très satisfait du résultat qu’il donnait, ce qui ne fut pas le cas de mes collègues. Il est vrai que le lieu était très bordélique, un véritable capharnaüm qui pouvait renfermer tout et n’importe quoi, mais les autos présentes donnait une âme impressionnante à cette ancienne ferme, et sans doute que les couleurs de l’automne jouais un rôle important dans cette vision…

Merci à Corentin et Chloé

© Les photos présentes dans cet article sont protégées par le droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *