Hôpital Psychiatrique Salve Mater

Accessibilité
90%
Dangerosité
30%
Etat
65%
Intérêt
60%

Spot connu et en fin de vie, à en croire les travaux de rénovation de l’hôpital entier car l’hôpital est divisé en une bonne dizaines de bâtiments mais la moitié encore occupé, et quelque autre en réhabilitation, mais seul un des bâtiments a été visité, le pôle Sainte Cécile. Très impressionnant, c’est une session assez flippante mais intéressante…

L’EXPLORATION

Déjà, l’entrée s’est faite très facilement, à la base, on a l’habitude de chercher une vitre cassé, un trou dans le mur ou autre, mais là non, il y a juste à pousser avec un peu de force la porte menant à ce qu’il semblait être la cuisine du complexe. Qui, en elle-même n’est pas très intéressante car elle est dans un bordel monstre, avec la moitié des meubles renversés.

 La suite nous amène directement dans le couloir (dans le genre hôpital abandonné, il tient bien son statut déjà là dessus), nous menant à des chambres ou grandes salles , et tout de suite, on remarque la mise en scène sûrement conçue par d’autre urbexer auparavant, et l’effet y est! Le temps est suspendu, et la “magie” du lieu s’installe tout au long de la visite.

 Ça continue avec le reste du couloir, qui nous laisse avec une majorité de salle sans intérêt, juste une table d’autopsie (dans le couloir, normal) et la scène de crime, ou simplement une autre mise en scène qui a un peu vieilli mais qui rend bien la chose glauque .

Un mois et demi seulement sépare ces deux photos… les mise en scène vont vite…

La visite se poursuit avec les étage, qui et bien plus bourré de surprises, la première visité est ce qu’il semblait être la salle des infirmiers, de la paperasse partout sur les comptoirs, des dizaines de thermomètres sur l’appui de fenêtre. Au bout du couloir, une salle bien étrange, une disposition unique des meubles, et de multiples histoires imaginaires me sont passés par la tête, vu le charisme de cet agencement.

A vrai dire, tout l’étage est impressionnant, car on vogue entre salle de bain nickel et chambre d’hôpital toute droit sortie de American Horror Story. Tout objet est toujours là, et dans certaines pièces, il en suffit que d’un seul pour la rendre complètement glauque… Certains tags aussi finalement, qui représentent bien l’endroit, car aucun n’est laissé au hasard.

“peut-être mon inconscient se forme une personnalité qui n’est pas moi, mais qui insiste pour venir à travers l’expression”

La visite se termine par le troisième  car le grenier ne présentait aucun intérêt, qui est, quand à lui plutôt vide, quelques petits endroits de “convivialité” comme je les ai appelé lors de la visite, des objets intriguant, et des tonnes et des tonnes d’étagères de dossiers, réparties dans différentes salles assez sombres.

L’HISTOIRE

L’institut Salve Mater a été construit au début du XXème siècle et l’inauguration s’est faite en 1926 en présence de la reine Elisabeth de Belgique.

Le but de cet institut psychiatrique était de guérir les malades atteints de maladie mentale, mais aussi de mieux comprendre cette maladie. Il avait pour rôle de se moderniser afin de promouvoir une étude plus concrète de la psychologie et de cesser de se baser sur les méthodes anciennes générations. L’hôpital visait à apporter une atmosphère reposante qui permettait de garder le malade en contact avec la vie réelle. Il faut savoir que l’institut ne traitait que les patientes féminines.

Dans les années 50, grâce à la découverte des neuroleptiques et des antidépresseurs, l’hôpital Salve Mater est alors l’un des premiers en Europe à abandonner définitivement l’usage des électrochocs. Ce sera un des premiers centres à assurer les fondements scientifiques de la psychiatrie moderne.

 Plus tard, les activités de l’hôpital ont été transférées et l’ensemble du site a été cédé à une Université Catholique. Seuls quelques bâtiments ont été occupés (dont celui actuellement en activité et ceux en rénovation). Les autres ont été laissés à l’abandon. Ils sont actuellement en cours de rénovation pour la construction de bureaux et de résidences. Cela fait plaisir de savoir que ce patrimoine ne sera pas perdu.

IMPRESSION

Une exploration très intéressante, qui aurait pu laisser son petit lot de frayeur, mais aussi pas pu se faire, vu l’avancement des travaux juste à côté. Avec une bonne petite histoire, et un bon patrimoine, qu’il soit culturel ou architectural.

 

© Les photos présentes dans cet article sont protégés par le droit d’auteur.

8 commentaires sur “Hôpital Psychiatrique Salve Mater”

    1. La réponse est oui et non.
      Non
      car les bâtiments se rénovent et le Salve Mater en fait partie.
      Pour ce qui est du côté flippant, cela n’a été que de la mise en scène contribuant à une légende urbaine glauque à l’opposé de la pointe de la psychiatrie pratiquée entre ces murs autrefois.

      Oui car il reste
      Sainte-Cécile, non rénové, vu la fréquence des visites, il ne reste plus grand chose.
      il y a moyen mais attention les ouvriers utilisent une parties du bâtiments et les voisins sont sur la touche ( marre des visiteurs et appel fréquent au service de police)
      Saint-Vincent et l’Ecole bien qu aux allures abandonnées sont occupés par des familles fort sympathiques mais exaspérées par les curieux qui pénètrent par effraction dans leur propriété privée ou cassent/volent un truc pour le plaisir.

      Donc le site est en fin de vie de visite et il ne reste qu’un bâtiment : Sainte-Cécile et cela ne vaut pas le détour, ni les photos trouvées sur le net.

      Gabe

  1. Julia Vermeersch

    Bonjour,

    Je cherche à savoir si il s’agit toujours d’un endroit abandonné ou si il a été rénové depuis.
    Pouvez-vous m’aider ?

  2. Je suis Uran Berisha, je m’occupe d’un artiste « albash ». Deux de ses musique sont dans l’album du plus grand dj belge « daddy-k », et ses interprétation musicale on fait plusieurs passage dans les radios belges.

    En faisant des recherches sur internet, je suis tomber sur votre magnifique endroit.

    Qui convient exactement à ce que nous recherchons pour un futur « clip ».

    Je vien afin d’avoir plus d’information sur vos possibilités.

    Bien à vous,

    Uran Berisha.

Répondre à Yoyo Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *