PowerPlant IM

Accessibilité
90%
Dangerosité
60%
Etat
25%
Intérêt
50%

Cette centrale électrique est assez connue dans le milieu de l’urbex, surtout grâce à son imposante tour de refroidissement. Lorsque l’on commence par explorer les bâtiments de la centrale, il faut ensuite parcourir 1 km de route pour accéder à la tour. En effet, les bâtiments et la tour sont séparés par un canal qui ne comporte aucun pont. Le bâtiment principal rassemble toutes les machineries, bureaux, et autres locaux. Dès le premier passage on est abasourdis par le nombre de tuyaux, passages et autres qui chevauchent les côtés du bâtiment (sans parler de la cheminée en brique qui en impose). L’entrée du premier bâtiment se fait grâce à un trou dans le bas d’un mur. Aux alentours de la centrale électrique, on s’aperçoit nettement que la nature a repris ses droits. Bien que certaines personnes confondent ce lieu avec une décharge, la végétation y est abondante.

L’EXPLORATION

Première visite

L’accès du bâtiment d’ailleurs est très simples encore une fois (open bar), l’intérieur est très vide, tout à été piller il y a peu de temps, mais toutes les machineries sont toujours là, limite encore en état de fonctionnement. Beaucoup d’étages se présentait à nous, mais malheureusement leurs accès était presque tous détruits ou dégradés. Seule une échelle était encore présente mais après celle-ci, c’était un véritable labyrinthe entre les tuyaux, murs et différentes parties de la machinerie.

Deuxième visite

Comme dit précédemment, l’accès au premier bâtiment était très simple, grâce à une ouverture dans l’un des murs. L’intérieur était vide car tout a été pillé il y a peu de temps (nous avons d’ailleurs croisé un groupe de ferrailleurs). Le sol du premier bâtiment était jonché de poussières, morceaux de métal, boue etc. Un étage menant aux salles de commandes se présentait à nous mais il n’y avait aucun moyen d’y accéder malheureusement. Après avoir traversé ce bâtiment, nous sommes sortis par l’arrière, nous avons traversé un grand terrain vague sur lequel nous avons pu voir des tuyaux et autres équipements, et sur notre gauche s’élevait l’imposante tour de refroidissement. Après avoir passé des branchages qui furent sans pitié pour la cheville de l’un des membres de l’équipe, un second bâtiment nous était accessible. Nous avons découvert une multitude d’étages, menant chacun à de longs couloirs très sombres et dégradés dont les sols étaient recouverts de verre cassés et tuyaux, donnant un esprit assez glauque, presque effrayant au lieu. De plus, différentes salles telles que des salles de douches, vestiaires ou toilettes étaient présentes.. Ce bâtiment, avec tout ces étages et ces couloirs formait un véritable labyrinthe.

 L’accès à la tour de refroidissement était aussi open bar : un long escalier menait jusqu’à l’intérieur, et une fois dedans, une chose unique et à la fois surréaliste se présentait à nous. Un spectacle unique.

 Un dernier bâtiment était présent (le bâtiment beige), pas impossible d’accès, mais insupportable, vu qu’apparemment un feu y avait eu lieu il y a peu. C’est claire aussi que l’endroit est pillé et « squatté » fréquemment (on a rencontré pas mal d’explorateurs dedans mine de rien.

STREET ART

Un seul graff « beau » est présent dans le bâtiment principal, et il est même assez discret. Même les extérieurs de la centrale n’en présente absolument aucun. Mais cela nous présente l’aspect conservateur, même auprès d’autrui, des Belges; car ici on se retrouve avec du véritable Street Art au pochoir, se mariant bien avec son environnement.

Beaucoup de street art ont été faits depuis la première visite de la centrale. Dans le premier bâtiment un mur de « stickmou » nous faisait face, ainsi que d’autres signatures et graffs. Dans le second, il y avait également de nombreux street arts inspirés de la Creepypasta Slenderman qui rendait l’atmosphère encore plus malsaine. Un renard fait de formes géométriques ainsi qu’une petite dizaine de personnages du dessin-animé « La Linéa » étaient également présents.

IMPRESSION

Un beau spot, grand, très grand, l’accès y est facile et toute les machineries sont encore là, ce qui donne un aspect très Science-Fiction! Et ça a son charme, on s’imagine encore facilement comment ça pouvait ce passer dans cette ancienne centrale thermique. Malheureusement, nous n’avons pas pu monter aux étages, car on a pas osé, vu l’état de l’escalier, peut-être un prochaine fois.

IMPRESSIONS DE CASSANDRA

Ce spot était mon premier. Tout d’abord, j’ai été impressionnée par la taille des bâtiments composant la centrale. Je me sentais toute petite mais en même temps le fait d’entrer dans un bâtiment abandonné d’une telle ampleur et parvenir à l’explorer donne un sentiment de puissance en quelque sorte, même si je ne m’attendais pas à rencontrer des ferrailleurs et qu’ils m’ont fait une belle frayeur. Ensuite, en ce qui concerne le second bâtiment, dans la première salle il faisait très sombre, et il y avait de l’eau parterre. Encore une fois l’ambiance lugubre était au rendez-vous, et durant toute l’exploration du bâtiment. Et bien que le temps n’était pas de notre côté nous étions protégés par les bâtiments, en partie.

© Les photos présentes dans cet article sont protégés par le droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *