Citroën RetroPark

Accessibilité
20%
Dangerosité
35%
Etat
60%
Intérêt
85%

“Pour trouver un emploi chez Citroën, un seul CV ne suffit pas, il faut envoyer 2CV” M. Escayrol

Qui aurait cru qu’on allait tombé sur un trésor pareil peuplé d’anciennes autos Françaises derrière la porte de cet hangar perdu au milieu d’un terrain de ronce jonché de vieilles voitures rouillées, brûlées ou complètement accidentées. Ce qui peut paraître des banalités de la mécanique se révèle être un véritable rassemblement de semi-antiquités.

DÉCOUVERTE

Découvert par hasard en plein milieu d’une zone résidentielle pittoresque, ce terrain a relevé un défi assez particulier pour le groupe. En passant par l’arrière, toute l’année, le terrain est absolument inaccessible à cause de ronces bien tenaces. Seul moyen, en escaladant les clôtures à l’avant du terrain, ce qui a révélé être assez difficile au niveau de la discrétion avec le nombre de voisins vigilants autour du hangar.

L’EXPLORATION

Une fois arrivé, question discrétion, nous avons tenté de passer par l’arrière grâce à l’allée qui se trouve derrière, mais après trois quarts d’heure à galérer et à essayer de se frayer un chemin, la tâche fut vaine et une première déception commençait à se faire sentir. Avec aucun autre moyen de passage, nous avons attendu le bon moment pour escalader la clôture et enfin, après une bonne heure, se retrouver dans le terrain.

Une seconde se fit ressentir lorsque nous avons vu ce que l’extérieur nous réservait, un tas d’ordure plus communément appelé carcasse d’autos rouillées, accidentées ou même brûlées, le seul intérêt semblait être le camion-grue bleu. Heureusement, avec un peu de curiosité, une des portes du hangar restait non verrouillée et nous permis de découvrir ce qui suffisait à faire remonter l’intérêt du lieu à une côte plus qu’acceptable.

Une fois à l’intérieur, nous avons découvert des trésors de l’automobile Française qui étaient pourtant que de simples banalités il y a 20 ans. Notamment 2 caravanes malheureusement fermées, trois XM, une BX Sport, une AX, ainsi qu’une Xantia break et une Ami 8 d’un vert clair plus que serein. Seul un doute restait, car pendant un moment dans le hangar, nous avions l’impression d’être observé ou entendre des bruits près venants de l’extérieur.

Au fond, un couloir jonché d’objets, de vélos, de jeux pour enfants menait à une autre salle où il y avait encore une petite dizaine de véhicules dont un tracteur-tondeuse, plusieurs Citroën Visa plus ou moins dans un bon état, une seconde Ami 8 bleu ciel, ainsi qu’une très ancienne Citroën C4 de 1930 en mauvais état et une 2CV jonchée de draps et d’objets. Les deux principales salles étaient remplis aussi d’objets, de meubles vieillissants, de vieilles affiches publicitaires automobiles, de vêtements et couvertures, etc…

Au fond du couloir, il y avait une dernière salle qui, malheureusement était inaccessible mais semblait renfermer un ancien chauffe-eau. Une salle qui ne devait pas avoir un grand intérêt photographique. L’exploration de cet hangar au final très impressionnant se finit ici grâce à une galère qui fut bien récompensée.

L’IMPRESSION

A vrai dire, je ne sais absolument pas si cet endroit était un ancien garage ou le repère d’un collectionneur, mais ce qui est sûr, c’est que l’endroit possède encore un gardien qui n’est pas actif sur le terrain mais bel et bien autrement. C’est principalement le hangar qui nous a fait le plus peur, car on a bien failli passer à côté et manquer de grandes choses, juste de l’extérieur, le spot ne possède pas de réel intérêt, à part s’attarder sur le camion, qui, à part des points de rouille, garde un état convenable. L’accès n’est pas facile mais il est mérité. Un spot très intéressant qui nous fait revivre les années 1980/1990 par des légendes des Citroëns.

© Les photos présentes dans cet article sont protégés par le droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *