Lire la suite »Hôpital K1

"/>
Aller au contenu

Hôpital K1

Accessibilité
45%
Dangerosité
70%
Etat
70%
Intérêt
50%
“Mieux vaut se consumer un an à travailler que de végéter cinq ans sur un lit d’hôpital.” Nicolaï Ostrovski

Comme avec l’Hôpital K2, celui-ci était bien vide et dénué de réelle vie, néanmoins, bien que similaires, il gardait une atmosphère pesante qui étonnait.

DÉCOUVERTE

Connu en même temps que K2, celui-ci resta sans réel accès pendant un bon nombre d’années avant d’être de nouveau ouvert plus récemment, quelques temps après la complète destruction de son “jumeau”.

HISTOIRE

Construit via les efforts d’après-guerre, il suivit la même voie de K2 en devenant directement privé. Etant le second hôpital de la sorte en ville, il prospéra jusqu’en 2003, où il devint lui aussi une clinique.

En 2010 avec l’avènement de la centralisation des services hospitaliers de la ville, la clinique s’était associé avec une société pharmaceutique pour réussir à subvenir à ses derniers besoins. C’est en  2017 qu’il fut totalement vidé de tous ses éléments important et laissé à l’abandon. Cependant, rapidement, l’aile gauche fut rénovée pour accueillir un hôtel (qui franchement ne donnait pas vraiment confiance).

IMPRESSION

Depuis 2017, sa date d’abandon, j’essayais de l’explorer bien que je voyais que très peu de preuves d’explorations de cet hôpital. Ca ne fut qu’un an et demi après l’exploration de son jumeaux que j’ai pu le visiter, et bien qu’il était grandement similaire à celui-ci, il gardait des choses uniques à lui-même du passé.

Merci à Sarah! 

© Les photos présentes dans cet article sont protégées par le droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.