Villa Syllogomania

Accessibilité
20%
Dangerosité
35%
Etat
55%
Intérêt
70%

“La villa des faux-semblant”

La syllogomanie est le fait d’accumuler des objets souvent inutiles… dans ce cas, j’ai vraiment du mal à y croire, vu que la villa est juste dans un désordre général mais aucune accumulation particulière n’est à déclarer contrairement au Manoir Capharnaüm, diverses choses sont justes disposées un peu partout, sans plus…

DÉCOUVERTE

Je ne la connaissais absolument pas avant de me retrouver devant… au point de n’avoir jamais rien vu à son sujet et croire que c’était une exclusivité, mais il n’en est rien, la communauté autour de celle-ci y est très rattaché au point d’être assez susceptible par rapport au fait qu’elle soit exploré par de nouvelles personnes…

HISTOIRE

Les heures qui ont suivi l’exploration, les noms ont été légion pour celle-ci, mais c’est par rapport à la maladie de la propriétaire à la limite du légendaire mais moins du veridict que le nom fut imposé (et nous avons eu de la chance car les autres explorateurs l’avaient prénommé de la sorte aussi).

Je n’ai pas la moindre idée sur son histoire, mais tout indique, selon ce qu’on a retrouvé dans les diverses pièces, que la propriétaire vivait seule sur les dernières années de sa vie, mais, qu’apparemment, et par moment, elle recevait des gens chez elle, d’où les lits pliables retrouvés dans certaines rares chambres. C’était une musicienne, à la vue des deux pianos, qui vivait dans son petit confort cosy et tranquille.

Peut-être que, par la suite et par chance, j’aurai une version plus générale sur l’histoire de cette bâtisse.

L’EXPLORATION

L’exploration en elle-même aurait pu durer peu de temps, mais ils nous a fallu un moment pour apprécier chaque mise en scène, chaque détail, chaque objet atypique que l’on trouvait.

L’accès est  facile si on le connait et si on a un peu de chance (ou un camarade aventurier et souple). On y accède par le jardin qui est en pente, mais qui nous donne une très belle vue sur son architecture dont je suis assez peu habitué.

L’entrée dans la villa se fait par ce qui semblait être la porte principal, qui donne sur le hall et l’escalier, au pied de la porte un piano accompagné d’une centaine d’objets ayant aucun rapport les uns envers les autres. Tout de suite à gauche, on avait accès à une première salle bien plus vide, mais tout de même peuplée de babioles et meubles plutôt vieillots, mais qui donnaient une atmosphères unique à la bâtisse. Au fond, une seconde pièce, bien plus clean que la première, mais aussi bien plus belle et photogénique, beaucoup de beaux livres, copies de gravure et photos d’antan y sont présentes. C’est clairement le genre de pièce où on aimerait rester en pleine été à dessiner ou se reposer avec une fenêtre ouverte.

La visite se poursuit par la salle à manger, qui avait un sol de feuilles et babioles en tout genre, à ce que j’ai remarqué, elle a été fouillée celle-ci, la plupart des objets de valeur sont toujours là et aucune trace de réel vandalisme n’est présent. Au fond, une petite porte dissimulé mais ouverte donne accès aussi à l’extérieur, mais principalement à la cuisine, qui est, pour la taille de la villa, minuscule mais presque intacte. Une étagère remplie d’épices, de feuilles et aromates est encore présente, ainsi qu’une table à manger avec divers aliments, comme si on les avait laissés là du jour au lendemain. Cette même salle donne accès au balcon mais aussi à la partie avant du jardin qui est peuplé par des milliers de branches.

Passant à l’étage, on est un peu déçu par l’état, c’est encore pire qu’à l’entrée de la villa, on ne remarque même plus le sol. Chaque chambre, et même la salle de bain sont sans dessus-dessous, même les lits et matelas ont été retournés. Seuls quelques objets par ci par là sont réellement intéressants, comme une gamme de parfum ou des livres anciens. Au fond d’un couloir qui débute d’une façon particulière, se présente une dernière chambre très atypique par rapport au reste, sa base est octogonale et clairement invisible de l’extérieur à cause de la végétation et des hauts arbres. Elle est considéré (à tord) comme la pièce maîtresse de la villa mais malheureusement, à part le miroir imposant, elle est dans un désordre indescriptible et plutôt désagréable. L’étage en général possède une atmosphère très différente du rez-de-chaussée, on y sent le renfermé et il y fait très sombre, c’est bien plus malsain et glauque.

Clairement je préfère le rez-de-chaussée et je placerais facilement la grand salle verte comme pièce maîtresse par son charme plus abouti.

La visite se termine par la dépendance, qui, a part deux ou trois objets, n’a pas de grand intérêt.

L’IMPRESSION

Je reste septique sur cette exploration, mais pour une visite surprise, c’était déjà très bien et je ne pensais pas forcément trouver un tel endroit dans cette région… Mais comme toujours, on aurait pu avoir mieux, il faut faire avec malgré tout et on en a sorti tout de même de beaux clichés. A refaire pour améliorer certaines photos par ailleurs.

© Les photos présentes dans cet article sont protégées par le droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *