Château Martin-Pêcheur

Accessibilité
40%
Dangerosité
20%
Etat
80%
Intérêt
70%

“Le calme à l’état pur”

L’un des plus beau château abandonné de Picardie, il étonne par petitesse et son architecture qui change du Château Sécession ou Sanglier. Laissé au beau milieu d’un village si calme qu’on croirait facilement qu’il est aussi laissé à l’abandon, la bâtisse est là, fière et garde une certaine splendeur et un bon état.

Une impression m’est venue en visitant ce château, comme si j’étais dans le Tardis du Doctor… D’extérieur il parait plutôt petit, mais à l’intérieur, c’est juste immense…

DÉCOUVERTE

Ça découverte est assez déconcertante, sur Google Earth (mon outils favori pour faire du repérage depuis le net, me jugez pas… ), j’essayai de trouver certains châteaux abandonnés, et je suis tombé sur les photos tagués de celui-ci complètement par hasard, j’ignorais totalement que c’était Martin-Pêcheur, c’est bien après que j’ai vu certains albums d’autres urbexeurs sur lui. J’ai beaucoup hésité avant d’y aller, mais apparemment, il n’a pas tellement bougé depuis 6 mois.

HISTOIRE

Son début de construction remonte au XVIIe Siècle et les dernières pierres ont été posées au XVIIIe Siècle. Entièrement composé de craie mise à part une petite partie en brique et pierre, et le toit est à la Mansart. Le corps principal est tout à l’Est et les deux ailes en retour d’équerre abritaient les écuries, les cuisines et les logements fermiers, elles se terminent par deux petites tours coiffées d’un toit en poivrière. La grille en fer forgé et l’escalier Nord-Est sont les oeuvres du Vivarais.

En 1988, il est inscrit au titre des monuments historiques.

L’EXPLORATION

Sur la route, j’ai eu peur de ne pas pouvoir entrer, mais celle-ci fut vaine quand je vu le trou dans la grand porte qui mène aux écuries et dépendances. L’exploration commence dont par là. Tout de suite en rentrant dans la première pièce, un spectacle plutôt beau se présente à moi, un vieux lit plutôt luxueux sans matelas est posé devant une fenêtre et des murs complètement détruits par l’humidité.  Après ça, le premier petit escalier dans la tour Nord mène à de petites combles sans grand intérêt. En face de la sortie de la tour, à l’étage, seul trace de vandalisme, un petit trou dans le mur qui donne accès directement à tout le reste du château.

L’étage de l’aile nord et du corps principal est peuplé de chambres, vides, mais toutes aussi luxueuses les unes que les autres, avec, toutes, une salle de bain attitrée (et vachement grande à chaque fois). Juste avant l’aile des fermiers et domestiques, un magnifique escalier de fer forgé se présente à moi, avec, sur une grande partie du mur en bois, une magnifique tapisserie d’antan. En bas, j’ai eu l’impression de me retrouver dans une toute petite salle d’accueil pour des chambres d’hôte. En face, la salle principale qui est absolument magnifique et bien fournie au niveau de la lumière, avec, chose curieuse, un très vieux balais aspirateur plutôt original dans son genre, c’est juste bête que le miroir était cassé… Les pièces du rez-de-chaussée se ressemblent beaucoup, les murs pratiquement de même couleur, juste deux pièces m’ont titillées l’œil, une grande pièce avec un sol en damier et une énorme cheminée, qui devait être la salle à manger, et une toute petite salle de bain ornée d’un lavabo et baignoire rose, juste à côté d’une grande salle, la disposition de celle-ci m’avait beaucoup surpris.

L’exploration continue par l’aile des fermiers et domestiques, l’étage présente une disposition différente par rapport à en face, il est peuplé de petites chambres et avec une ou deux petites salles bains où tout y est serré. Ici, pas de comble, on a accès directement à l’escalier de la tour Sud. Tout droit mené à un “semi” sous-sol où était logé les cuisines, encore dans un état favorable, bien que vide. Côte à côte elles mènent elles aussi à la cage d’escalier. C’est à ce moment que j’ai découvert une dernière salle où il fallait escalader un petit escalier. C’est aussi à ce moment que je me suis dis que certains endroits de ce château étaient assez labyrinthique…

La visite s’est terminée par la visite des dépendances et écuries, toutes plus ou moins remplies d’objets pas tellement intéressants, juste une tondeuse-tracteur qui devaient appartenir aux derniers propriétaires.

IMPRESSION

Ce fut une très belle visite, pleine d’originalité, c’est le genre d’endroit qu’on redemande à chaque fois, il y a un sentiment de tranquillité qui pèse sur ce château et chacune des pièces présente une myriade de couleurs et disposition différente. Bien qu’il soit très vide, le peu d’objets encore présents et les rideaux donne une minime impression de vie. Le jour de l’exploration, il y avait un petit soleil, il faisait ni trop chaud ni trop froid, c’était le moment opportun.

© Les photos présentes dans cet article sont protégées par le droit d’auteur.

 

6 commentaires sur “Château Martin-Pêcheur

  1. J’ai visité le château la semaine dernière, et ça n’a en effet plus rien à voir… Ces photos sont d’une très bonne qualité et un hommage à ce qu’à été ce château.

    1. Je dirais plus victime d’une négligence du propriétaire qui n’administrait aucune importance à son bien… Nous Urbexers étions là pour immortaliser le lieu sans laisser de traces, à côté de ça des vandales et jeunes du coin s’y rendaient pour squatter, ce que nous ne cautionnons évidemment pas mais qui devient inévitable malheureusement, dès qu’un lieu, quel qu’il soit, est abandonné…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *