The Old Operating Theater Museum

“Miseratione non Mercede”

Situé dans le grenier de l’Eglise St Thomas, ce lieu est la plus vieille salle d’opération d’Europe encore en l’état. Construite en 1822, le premier chirurgien à l’avoir inaugurée a déclaré ceci: “𝘵𝘩𝘦 𝘧𝘪𝘳𝘴𝘵 𝘵𝘸𝘰 𝘳𝘰𝘸𝘴 𝘸𝘦𝘳𝘦 𝘰𝘤𝘤𝘶𝘱𝘪𝘦𝘥 𝘣𝘺 𝘵𝘩𝘦 𝘰𝘵𝘩𝘦𝘳 𝘥𝘳𝘦𝘴𝘴𝘦𝘳𝘴, 𝘢𝘯𝘥 𝘣𝘦𝘩𝘪𝘯𝘥 𝘢 𝘴𝘦𝘤𝘰𝘯𝘥 𝘱𝘢𝘳𝘵𝘪𝘵𝘪𝘰𝘯 𝘴𝘵𝘰𝘰𝘥 𝘵𝘩𝘦 𝘱𝘶𝘱𝘪𝘭𝘴, 𝘱𝘢𝘤𝘬𝘦𝘥 𝘭𝘪𝘬𝘦 𝘩𝘦𝘳𝘳𝘪𝘯𝘨𝘴 𝘪𝘯 𝘢 𝘣𝘢𝘳𝘳𝘦𝘭, 𝘣𝘶𝘵 𝘯𝘰𝘵 𝘴𝘰 𝘲𝘶𝘪𝘦𝘵.”, qui peut être traduit par “Les deux premières rangées étaient occupées par les autres commodes et juste derrière, séparés par une seconde cloison, les élèves debout étaient comme des harengs dans un tonneau, mais pas aussi silencieux.”.

Auparavant, avant que l’anesthésie existe, on donnait au patient une canne en bois qu’ils devaient mordre pour atténuer les hurlements. Les chirurgiens avaient donc recours à des techniques d’amputation rapides; plus c’était fait rapidement, meilleur était le chirurgien, ainsi que le taux de survie des patients.

Malheureusement ce n’était jamais des méthodes sûres, beaucoup mourraient d’infections, et seulement un tiers survivaient à la procédure. De plus, les redingotes qui étaient portées par les chirurgiens étaient très (trop) souvent raides et maculées de vieux sangs. En général, un décès signifiait une dissection du corps et une étude approfondie de l’anatomie du patient.

Jadis, les malades étaient amenés dans le théâtre par une porte maintenant fermée située dans le mur derrière le tableau noir. Un corridor menait directement à la salle d’attente où malheureusement les autres patients pouvaient encore entendre les cris des opérations. Le sol était d’ailleurs maculé de sciures de bois pour protéger le plancher du sang… ce qui était peu efficace.

Ce lieu se trouve dans les combles d’une église baroque, là où il y a plus de 200 ans, le “grenier” était occupé par un apothicaire du nom de Herb Garret.

Fondé par Richard Mead, un médecin de St Thomas, le musée est maintenant une curiosité intéressante de la ville de Londres, situé dans le quartier Borought, non loin du London Bridge. Il propose également une vaste collection d’instruments médicaux du XIXe, et de curiosités anatomiques en tout genre.

© Les photos présentes dans cet article sont protégées par le droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *