Ferme Saint Valentin

Accessibilité
55%
Dangerosité
60%
Etat
80%
Intérêt
80%

“Les ruines qui ont abrité l’existence sont pleines d’histoires qu’elles voudraient bien raconter, mais elles ignorent le langage des hommes.”

L’extérieur ne reflète décidément pas du tout l’intérieur, même si celui-ci nous propose des salles et des choses complètement différentes tout de même en son sain. Cette ferme est vraiment le reflet de l’Urbex par ses diverses propositions et beautés.

DÉCOUVERTE

Comme avec le Monastère Kartvélien, je ne connaissais absolument pas son existence, et ce, par le fait qu’elle ne tourne que très peu malgré son état de conservation qui est plus qu’acceptable et passionnant. On a envie d’y rester des heures entières.

HISTOIRE

Malgré, encore une fois, une histoire assez peu connue et extrêmement discrète, il semblerait que la ferme est dans son état actuel d’abandon suite à la mort de ses propriétaires qui serait survenu un malheureux 14 Février, dans une tristesse sombre… alors que tous, ailleurs, fêtaient leur amour.

L’EXPLORATION

Tout commence par l’une des pièces principales, la salle à manger, qui, malgré son état, montre des signes de faiblesse vis à vis de la solidité du plafond, ce qui, pendant l’exploration, ne nous a pas rassuré pour l’étage. Néanmoins, tout y était, des bouteilles de vins, aux couverts en passant par les cuisinières et frigos, qui n’ont pas dû être déplacés là par hasard.

Juste en face, le petit salon, qui a vu plusieurs meubles être déplacés vraisemblablement. Et qui, mis à part quelques objets et tableaux, ne présentait pas un intérêt très novateur. En continuant dans les pièces de Rez-de-chaussée, nous nous sommes retrouvé dans ce qui semblait être un autre salon, mais celui-ci, était dans un très mauvais état, mais avec un grand potentiel photogénique. Malheureusement, avec l’état du sol qui nous laissait clairement voir la cave inondée, nous n’avons pu nous aventurer plus loin, et notamment dans la petite cuisine qui se trouvait à droit de cette salle.

L’exploration se poursuivit par l’étage, par un escalier assez vétuste… la première salle visitée fut une grande chambre qui devait être celle du couple de fermiers, grands lit, coiffeuse, divers livres bouffés par l’humidités, et quelques vierges, dont une sous cloche. Juste à côté, se trouvait une autre chambre, avec un lit de paille, qui devait servir de salle de travail de couturier et surement pour étendre le linge également. Encore à sa droite, nous avons trouvé un véritable débarrât rassemblant un petit nombre d’objets superflus. Une dernière salle s’est présentée à nous à cet étage, celle juste au dessus du “second salon”, bien-sur complètement écroulé et dénué d’intérêt. Il en était de même du grenier qui était partiellement vide.

En retournant dans la petite cours centrale, nous avons eu l’occasion d’explorer une ou deux petites pièces qui servait au fermier et sa femme pour les diverses tâches quotidiennes. Mais un détail a attiré notre œil curieux. La grange en face de la maison, qui semblait à première vue fermée. En y entrant, la surprise fut complète. Un magnifique tracteur rouge nous a tendu les bras, tel une machinerie comme neuve. On a bien cru qu’il venait d’être nettoyé il y a peu… seul sa fine couche de poussière a vendu la mèche. On a d’ailleurs trouvé que le fermier, était un passionné de tracteurs anciens, et concourait dans énormément de rassemblement de ce genre dans toute la Belgique et par moment en France et Pays-bas. Une bien triste fin pour un passionné dont son hobbie se reflétait jusque dans sa grange.

IMPRESSION

Sans nul doute, l’une des plus belles, intéressantes, et en bon état des fermes que j’ai pu explorer depuis que j’ai commencé l’Urbex, tout à l’intérieur y était matière à surprise, elle garde d’ailleurs tout un pont de son histoire en secret, et il est vraiment difficile de trouver quelconque indice… Malgré cela, nous avons tout de même découvert la passion tout de même impressionnante de l’ancien propriétaire. En gros, une très belle exploration avec une entrée assez stressante, comme il le faut, et un lieu entre le “decay” et la ferme en parfait état.

© Les photos présentes dans cet article sont protégées par le droit d’auteur.

2 commentaires sur “Ferme Saint Valentin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *