Lire la suite »Filature Les Bobines

"/>
Aller au contenu

Filature Les Bobines

Accessibilité
25%
Dangerosité
25%
Etat
30%
Intérêt
45%

“Thank you for the tragedy. I need it for my art.” Kurt Cobain

Dans le nord de la France et en Belgique, les filatures furent nombreuses et très souvent familiales, cependant, avec la modernisation de l’industrie, et de la mondialisation, elles ont pratiquement toutes disparues. Un bon nombre d’entre-elles, notamment vers Tourcoing et Roubaix ont été reconverties en immeubles d’habitation, mais bien d’autres sont restées abandonnées des années durant.

DÉCOUVERTE

Bien connue du coin, je l’avais découverte peu de temps après avoir commencé l’urbex, malheureusement, bien que je m’étais retrouvé une fois devant, je n’avais jamais eu la foi d’escalader certains murs pour pouvoir la faire avant que la plupart des bobines qui identifiaient son nom et des machines soient totalement retirées. Maintenant, ce lieu est une véritable galerie de graffitis où un grand nombre d’artistes s’y donnent à cœur joie.

HISTOIRE

Compagnie fondée en 1945, celle-ci s’occupait de diverses productions de textiles et fournitures pour ce secteur; Avant qu’elle déménage dans de nouveaux locaux à la fin des années 1980.

Bien que la Belgique était l’un des pays principaux producteurs dans l’industrie du textile, beaucoup de sociétés furent délocalisée en Asie où le coup de production était largement moins élevé. Les Bobines fut une des usines familiale qui subit de plein fouet cette retombée économique et dû déclarer Banqueroute en 2007.

Abandonnée depuis, elle fut d’abord la victime des voleurs de cuivre avant l’enlèvement récent des machineries et derniers textiles pour devenir enfin un lieu flamand important où les graffeurs ont pu en faire un véritable petit musée (notamment Tomàs Pete).

IMPRESSION

Je m’attendais à peu de chose en explorant cette vaste usine, malgré un Rooftop plutôt intéressant. Néanmoins, ce fut une bonne surprise de trouver autant de graffitis de haute qualités, allant de la signature stylisée, au tag provocateurs en passant par la véritable œuvre d’art inscrite à même le mur, comme précisé dans le paragraphe précédent, un seul graffeur se distinguait réellement mais tous donnait au lieu une nouvelle jeunesse qui est une bonne succession au machineries et bobines qui faisaient la notoriété du spot.

Merci à Corentin, Laurine et Robin!

© Les photos présentes dans cet article sont protégées par le droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.