Kraftwerk H

Accessibilité
100%
Dangerosité
70%
Etat
55%
Intérêt
65%

“Suivez les galeries, vous y arriverez! ”

Alors que nous avions failli passer à côté, cette ancienne centrale fournissant jadis en électricité l’usine d’à côté nous réserva pas mal de surprises hautes en couleurs…

DÉCOUVERTE

Je ne sais pas si elle est très bien connu ou pas, mais le passage était conséquent dans cette ancienne centrale quand on voyait le nombre de choses cassées et graffitis dans la partie administration, mais, très peu de reportages photos ou vidéos ne la présentaient…

HISTOIRE

Visible de très loin avec sa cheminée haute de 240 mètres, cette centrale fut édifiée en 1908 pour alimenter en électricité et en chaleur l’usine juste à côté.

Elle fut, dans la région, l’une des premières centrales à turbine à vapeur pure. Dans les années 1920, elle était considéré comme un exemple pour l’Europe grâce à son efficacité supérieure de 25% par rapport aux autres. C’était quelque chose d’assez élevé pour l’époque. Mais dès 1927, les premières chaudières à poussière de charbon y furent installées, elles étaient à la base spécialement conçues pour elle.

En 1932, le four à fusion y fut expérimenté par l’Allemagne, et il s’en suivit un bon nombre de modernisation jusqu’après la WWII.

En 1970, avec l’augmentation du coût du charbon, la centrale passa au gaz naturel. Cependant, en 1982, la population était en plein débat sur les retombées acides et la déforestation, ce qui n’empêcha pas un retour au charbon pour celle-ci, un sujet qui était très controversé. C’est pourquoi, pour soi-disant remédier à ce dilemme, il fut décidé d’y construire une cheminée de 240 mètres de haut, une chose qui a largement imprégné le paysage. Par ailleurs, étrangement, le gaz naturel continua à être utilisé pour le chauffage de la ville, pour les entreprises et les particuliers.

Ce problème n’arrangea pas l’opinion publique, il fut alors décidé d’établir, sur le terrain, une usine de désulfuration du gaz en 1988, ce qui élimina près de 90% du dioxyde de soufre contenu dans les gaz de combustion.

A la fin des années 1990, la centrale était arrivé à la fin de sa durée de vie économique, son utilisation fut des moindres et à partir de 2001 divers combustibles de récupération était utilisés pour limiter drastiquement les coûts.

Elle ferma ses portes officiellement le 5 mars 2004, cependant, un bloc secondaire fut établi pour continuer à alimenter le chauffage des édifices alentours. Une bonne partie des bâtiments furent d’ailleurs détruits en 2005. Un projet d’une nouvelle usine ultra-moderne construite sur le terrain était en cours jusqu’en 2007, mais il fut mystérieusement abandonné… Depuis la cheminée domine toujours la vallée.

IMPRESSION

A vrai dire, je ne m’attendais pas à grand chose avant de la visiter. J’avais beaucoup d’appréhension vis à vis du peu de documents disponibles à son égard; mais une fois la partie administration dévastée passé, le reste fut beaucoup plus prometteur. Un grand nombre de machines et salles était encore dans un bon état et le tout, démesuré était tout simplement très impressionnant. C’était un véritable dédale de couloirs, escaliers, échelles. Une myriade de choses à voir, qu’elles étaient en hauteurs ou à taille humaine, toutes d’une couleur bien à elles.


Le petit coup de cœur de la visite…

Merci a Laurine et Perrine

© Les photos présentes dans cet article sont protégées par le droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *