Manoir de l’Avocat

Accessibilité
80%
Dangerosité
60%
Etat
75%
Intérêt
75%

“Un accusé est cuit quand son avocat n’est pas cru.” Pierre Dac

Bien souvent, il ne faut pas se fier à ce qui se raconte, ce lieu, après avoir vécu une grosse affluence a très rapidement été considéré comme “dead”, un lieu où il n’y avait plus grand chose à voir et où la plupart des pièces avaient été saccagées… Ma surprise fut grandissante quand je découvris qu’une bonne partie était encore en très bon état.

DÉCOUVERTE

Comme précisé au dessus, ce manoir était assez connu du monde de l’Urbex. Néanmoins, j’ai mis un long moment à le trouver, ne doutant aucunement qu’il se trouvait à cet endroit mais aussi étant devenu désintéressé du lieu suite à ce qu’il se disait dessus.

L’EXPLORATION

Après un accès assez simple sur le terrain, l’arrière du manoir était non loin. Plusieurs affichettes de prévention étaient présentes pour prévenir les éventuels visiteurs que le lieu était surveillé par des caméras et autres systèmes d’alarme. Par conséquent, notre attention était à son paroxysme, mais vite vain. Ces messages n’étaient présents que pour la dissuasion.

Notre entrée dans cette bâtisse se fit par la porte-fenêtre d’un des salons du premier étage. Cette pièce, entièrement tapissée de jaune et de moisissures était partiellement vide, seuls restaient un fauteuil, une chaise et divers objets sur le fronton d’une fausse cheminée. Tout de suite au fond se présentait un autre salon avec, en son milieu, un immense billard qui avait subit l’écroulement d’une partie du plafond.

En passant par les pièces sur la droite, salle de bain, buanderie, etc. Nous nous sommes retrouvés assez rapidement dans la première chambre, qui devait être celle des parents, le lit était disposé au milieu, mais elle était assez vide. Deux portes au fond menaient, pour la droite à un petit bureau très resserré présent un grand nombre de papiers appartenant à l’avocat qui habitait jadis cette maison; et pour la gauche, une sorte de grande buanderie.

Nous sommes assez vite passé au deuxième étage, qui, suite à un escalier pratiquement écroulé, était quant à lui, en assez bon état. En passant par la droite, on se retrouvait dans un premier temps dans une chambre peu intéressante, mais au fond, une petite salle peu large donnait lieu à un beau spectacle de décrépitude, avec juste un porte-manteau, un petit fauteuil et des bocaux sur l’appuie de fenêtre.

Vite revenus vers le couloir à gauche de l’escalier, ici les chambres étaient vraiment très belles. La première, très rustique, était longée par de grandes armoires avec un lieu en leur milieu. L’entièreté de la pièce était “tapissée” de bois rappelant les meubles en tec bien populaire dans les années 1960/70. Elle rappelait fortement une chambre ancienne de paquebot notamment avec certains détails comme la petite lampe dorée au dessus du lit. Dans la seconde, juste à côté, se trouvait sûrement l’ancienne chambre d’une enfant, ou grande enfant; avec un lit à même le sol qui possédait tout de même un petit baldaquin, des peluches était soigneusement déposées sur une chaise juste à côté, donnant un aspect bien creepy à la pièce. Tout au fond du couloir, se trouvait une dernière pièce remplie de livres en tout genre.

Une fois les deux étages visités, nous sommes passés au rez-de-chaussé, qui, dans la disposition de la maison, pouvait faire croire à un sous-sol; mais il était parcouru par deux grandes vérandas de chaque côté du manoir. Entrés par la première, elle était dans un capharnaüm plutôt curieux, divers objets en tout genre y traînaient. Celle-ci menait à un petit couloir menant lui-même à deux salles distincte, à droite, se trouvait un autre salon/salle à manger, où un magnifique piano à queue de marque Japonaise. Le reste était disposé comme une salle à manger classique, néanmoins la table n’était pas mise…

Sur la gauche, se trouvait une immense cuisine typée années 1970, avec un beau bar en bois et un petit bazar qui nous donnait à observer dans tous les sens; entre les cuisinières anciennes, les vieux appareils électroniques, la décrépitude de la pièce, et quelques jouets et livres pour enfant mise en scènes pour jouer sur l’abandon du lieu, et bien d’autres détails amusants que je vous laisse observer.

Suite à cette cuisine, nous sommes passé par un énième couloir, qui lui, était rongé par l’humidité et les champignons, il donnait d’ailleurs accès à une étrange pièce complètement verdie par la moisissure. Cela donnait lieu à un très bel endroit malgré des odeurs très repoussantes. D’ailleurs, je ne sais pas à quoi servait exactement cette pièce, mais les éléments de décoration du meuble de cheminée du fond pouvait faire croire à encore un autre salon.

La visite se termina par la seconde véranda qui ne présentait pas grand chose d’intéressant mis à part un autre piano et un magnifique coffre.

IMPRESSION

Exploration effectuée lors d’une sortie non prévu à l’avance, j’avais peur, en me rendant sur le lieu, qu’il soit tellement saccagé que je ne trouve rien à immortaliser; mais cette crainte fut vaine dès les premières minutes de la visite. L’endroit était dans un bon état et laissait place à la flânerie et la nostalgie dans chacune de ses pièces. Les détails n’étaient pas absents et beaucoup d’objets intéressants y était restés. Vraisemblablement, l’avocat et sa famille qui y habitaient ont quitté les lieux à cause du Mérule, et ça se ressent fortement dans beaucoup de pièces où les plafonds sont limite à terre, par contre, je ne comprend pas, sur ce postulat, pourquoi ils auraient tout laissé sur place, et surtout un piano à queue… En bref, ce fut une magnifique visite.

© Les photos présentes dans cet article sont protégées par le droit d’auteur.

1 commentaire sur “Manoir de l’Avocat

  1. Très beau ! Je commence à m’intéresser à l’urbex et recherche des lieux. Je sais que la règle numéro 1 est de ne pas dévoiler les adresses. Accepterais-tu de donner une zone géographique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *