Chapelle du Roy

Accessibilité
55%
Dangerosité
10%
Etat
70%
Intérêt
60%
“Comment penser librement à l’ombre d’une chapelle ?”

Ce genre de petites chapelles, perdues au milieu de la nature, font toujours rêver, et il faut dire qu’un charme intéressant s’en dégage. Parmi les quelques unes qui se sont fait connaître, celle-ci a bénéficiée d’une discrétion hors normes, malgré qu’elle soit assez haut placée.

DÉCOUVERTE

Sa découverte s’est faite totalement par hasard, pourtant située sur le terrain d’un autre lieu abandonnée, elle surprend d’abord quand on l’aperçoit par vue satellite sur Maps, et bien plus une fois qu’elle se livre à nous, toute de couleurs vêtue en son sein alors que l’extérieur est terne.

HISTOIRE

Située sur un terrain privé depuis 1830, sa date de construction reste inconnue. Néanmoins, l’histoire raconte qu’elle est dédiée à une sainte inexistante. De style Néo-Gothique, elle possédait jadis un minuscule clocher qui fut démoli par manque d’entretien. A l’arrière, se trouve une statue de Sainte Philomène, martyre du premier et deuxième siècle.

Cette chapelle occidentée de plan allongé est composée de deux travées et d’un vaisseau unique. Surmontée d’une rose polylobée, l’entrée se fait par un portail à deux vantaux dans un encadrement en arc brisé, ce qui est valable aussi pour les vitraux des murs latéraux, malheureusement, les vitraux étaient si abîmés qu’il furent remplacés par des vitres de couleurs en PVC. La toiture est à double plan, mais comme le reste du bâtiment extérieur, elle est en très mauvais état.

IMPRESSION

Cela faisait un moment que je n’avais pas exploré un édifice religieux, et, bien que cette chapelle était assez petite, elle possédait une beauté insoupçonnée. Pleine de couleurs grâce aux rayons de soleil, elle étincelait de mille feux. Son agencement était très classique certes, mais donnait un aspect mélangeant le vivant et le mort, toujours la même petite ambiance glauque, gothique de ce genre de bâtiment, qu’on retrouve facilement dans certaines églises abandonnées comme avec Raven Church.

Merci à Corentin. 

© Les photos présentes dans cet article sont protégés par le droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *