Chaudières H

Accessibilité
40%
Dangerosité
80%
Etat
90%
Intérêt
60%

[Cet article est en 3 parties, la partie 1 est ici]

« On commence à comprendre que, s’il peut y avoir de la force dans une chaudière, il ne peut y avoir de puissance que dans un cerveau ; en d’autres termes, que ce qui mène et entraîne le monde, ce ne sont pas les locomotives, ce sont les idées. »

Plus qu’un monstre de métal haut d’une trentaine de mètres… un dédale de couloirs de métal, de tuyauteries et machineries en tout genre. Mélangeant la rouille avec diverses couleurs devenues pâles avec le soleil… un plaisir à découvrir et explorer…

DÉCOUVERTE

Tout est résumé dans la première partie.

HISTOIRE

Ouverte dans les années 1950, les locaux plus « moderne » de cette centrale furent construit dans les années 1980 suite à la destruction de l’ancienne mine. Après 50 ans plutôt prospère pour celle-ci, la SNET la rachète, qui était les concurrents d’EDF en 1999.

Mais, dès 2004, elle est divisée entre trois sociétés différentes, ce qui complique fortement les choses jusqu’en 2008, quand SNET est racheté par un groupe Allemand. Ce qui n’est vraiment pas une bonne chose, car, en 2010, elle prévoit de fermer cinq de leur centrales à charbon vieilles de plus de 40 ans partout en France. Ce qui n’enchante pas les ouvriers qui se mettent à entreprendre diverses actions judiciaires. Ils finissent par avoir leur dû et réussir à laisser la centrale ouverte jusqu’en fin d’année 2015 mais le contrat n’est pas respecté et en septembre 2012, on annonce que la centrale va définitivement fermer. Une autre action judiciaire est engagée mais perdue par les syndicats à cause de la vétusté de la centrale. Suite à un appel, le dossier est remis au gout du jour en 2013, et prévoit la réouverture possible de la centrale.

Mais en attendant, la zone reste partiellement abandonnée.

L’EXPLORATION

Suite à l’exploration de la tour de refroidissement, nous nous sommes d’abord dirigé vers les chaudières, restées presque intactes. Après quelques photos des premières machines et de la cheminée, nous nous sommes dirigés vers les escaliers qui donnaient sur trois étages différents. Nous montrant différentes machineries plus ou moins en bonne état, et une bonne partie envahie par la végétation ou la rouille.

Après cette exploration finie, nous nous somme dirigé vers l’un des pans de mur de la centrale elle-même, et nous avons remarqué que les deux portes en fer présentes étaient soudés. Après quelques coûts de repérage, je suis partie seul sur le côté du bâtiment explorer un peu la zone… mais en revenant au point de départ, mon coéquipié m’indiqua qu’une voiture était passé à 5 mètres de lui et qu’il avait eu le temps de se cacher. Ce qui nous calma de suite et augmentait le risque de ce lieu.

1537736168-igp5299.jpg

Par sécurité, mais en vain, nous avons décidé de rester à cet endroit un certain temps… ce qui ne fut pas convainquant car à peine sorti de cette grande allé que nous nous sommes retrouvé en face de la dite voiture. Pas eu le temps de réfléchir deux secondes que nous étions en train de courir et plonger dans la première cachette, moi étant dans les herbes hautes, et mon coéquipier derrière les grosses machineries.

Après une quinzaine de minutes sans qu’il ne se passe rien, je me suis orienté vers lui pour faire le point… le but était de trouver le chemin pour sortir le plus simple sans nous faire repérer. Seul problème, nous ne savions absolument pas où était la voiture. Après quelques temps, nous avons emprunté le chemin sur le côté du bâtiment et nous nous sommes retrouvé sur une allée entre des bureaux abandonnés et la centrale où se trouvait un local fait de grilles et plaques de fer. Nous nous y sommes caché le temps d’aller tester le terrain, mais…  à peine sorti de cette « cachette » que je me suis retrouvé pratiquement devant le gardien à pied… le seul réflexe que nous avons eu a été de retourner au même endroit. Ce qui m’a vraiment étonné, c’est que cette personne ne nous a absolument pas vu, alors qu’il est passé à 1 mètre de nous… Nous avons alors pensé qu’il ne s’attendait pas à voir quelqu’un donc a fait son tour de routine habituel.

1537736263-igp5312.jpg

Une fois bien loin, nous sommes ressorti mais nous nous sommes dirigés dans une mauvaise direction, allant vers la zone encore en activité, ce qui nous a fait rebrousser chemin et reprendre le même qu’à l’entrée du spot… nous mettant directement en sécurité face à ce (ou ces) gardien(s).

IMPRESSION

Plus de peur que de mal… un « cache-cache » de cette ampleur ça ne m’était pratiquement jamais arrivé, ce fut un beau coup de stresse et d’adrénaline après l’exploration de ces machineries qui étaient tout même vachement impressionnantes. Je me suis largement étonné, même après l’exploration, que le gardien ne nous avait pas vu, mais bon, ce sont des choses qui arrivent… et ça met du piment à l’exploration, aussi grandiose qu’elle soit de base. Nous allons peut-être tenter une prochaine fois de nous introduire dans la centrale en elle-même car nous n’avons pas encore fait tout le tour du bâtiment en question, et quelles surprises nous réserve-t-il?

Merci à AdcaZz pour l’exploration et la partie de « cache-cache ».

© Les photos présentes dans cet article sont protégées par le droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *