Maison Huis-Clos

Accessibilité
40%
Dangerosité
35%
Etat
60%
Intérêt
60%

“L’enfer c’est les autres”, après tous ce que j’ai pu recueillir photographiquement de ce lieu, ça m’a fait penser à cette citation de Sartre tirée sa pièce de théâtre “Huis-Clos” d’où sort le nom de ce lieu. Mais en réalité, à qui appartenait cette “maison”? un philosophe misanthrope? ou un ermite solitaire en manque d’inspiration? les questions sont légion, et peut-être que je me trompe complètement sur le compte de ce lieu.

DÉCOUVERTE

C’était une exploration complètement imprévue, à la base nous devions explorer une ancienne carrière de craie, mais juste à côté de l’entrée de celle-ci, cette petite maison était là, et déjà que j’adorais la façade en bois noir, l’envie de l’explorer l’a emporté, et ce fut une bonne chose…

L’EXPLORATION

L’exploration est assez courte en elle-même, malgré que chaque pièce ait son lot de surprise. Dès l’entrée, on a peur, on l’impression que tout est saccagé et cassé, mais la seconde pièce (celle du bureau) réserve de suite une surprise, entre livres, objets de musculation, statue de bouddha, etc… une vraie caverne d’Ali-Baba, mais une fois qu’on jette un oeil détaillé sur diverses choses, on découvre rapidement que l’ancien propriétaire était très orienté philosophie et lecture… La seconde pièce accessible est une sorte de petite cuisine générique, avec encore toutes les machineries (c’est juste dommage qu’il y ait un gros tag dégueulasse dedans…).

Malheureusement, la visite de l’intérieur se limite à ça… l’extérieur nous laisse par contre, une dernière surprise grâce au tracteur présent sur le terrain derrière la maison, qui est bien caché par celle-ci depuis l’accès principal. Un magnifique petit Massey Ferguson 205 jaune un peu rouillé mais dans un état favorable pour un véhicule conservé à l’extérieur.

IMPRESSION

C’est une belle maison en elle-même! Elle paie pas de mine de l’extérieur, on a l’impression qu’elle est complètement en ruine, mais une fois à l’intérieur, on est facilement surpris par tout ce petit débarra encore bien en place et où rien n’a réellement bougé.

C’est dommage que nous puissions pas retracer son histoire, mais les suspicions s’organise, dans la théorie. La visite est courte, mais la satisfaction est là et on en ressors pas les mains vides. Assez content ce cette petite maison.

© Les photos présentes dans cet article sont protégées par le droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *