Château Franco-Italien

Accessibilité
80%
Dangerosité
65%
Etat
65%
Intérêt
60%

“Occhio non vede, cuore non duole.”

Par moment, en passant pour vérifier des lieux que nous avons repérés à l’avance, nous tombons sur des spots plutôt intriguant avec intérêt photographique assez poussé. Ici, nous ne savons pas exactement à quoi il avait pu servir auparavant, mais plusieurs éléments reste assez étranges.

DÉCOUVERTE

Trouvé par hasard dans mes recherches sur maps et Google earth, celui-ci semblait plus ou moins abandonné via street-view et vue satellite, mais la chose fut confirmée une fois sur place malgré quelques éléments assez étranges.

HISTOIRE

Ce château a une histoire très discrète et confidentielle, après sa construction au XVIIe siècle par une grande famille noble, il fut habité par d’autres lignées dès 1741, qui se succédèrent jusqu’en 1928, quand le château fut une première fois abandonné pour être repris et entièrement rénové peut de temps après. Jusqu’en 2019, il fut occupé par une famille dont le nom n’apparaît nulle-part, mais il fut notamment utilisé comme lieu d’événements et de banquets, mais aussi pour les colonies de vacances. Il est tout de même classé au monuments historiques.

L’EXPLORATION

Après un accès assez facile sur le terrain, protégé par d’anciens porches et clôtures, mais tout de même complètement à vue depuis un petit chemin qui longe un canal; le château aux deux tours semblait dans un premier temps assez bien fermé avec les volets tous clos. Malgré cela, après les avoir tous essayé, un s’avérait ouvert avec, la fenêtre derrière complètement aérée.

La première pièce explorée était une grande salle à manger reconvertie en cuisine, beaucoup d’objets étaient présents, dont des radios, des crucifix, des guirlandes lumineuses qui nous ont permis de remarque que l’électricité n’était pas coupée, et même un ancien portrait de George Pompidoux. A l’intérieur de l’une des deux tourelles qui se trouvait juste à côté, se trouvait une autre partie de la cuisine.

Au fond, se trouvait l’entrée d’un premier couloir qui menait à chaque pièce du rez-de-chaussée. Celui-ci menait aussi à l’escalier principal qui était assez atypique malgré son architecture très classique. Des gens, surement des explorateurs, y avaient disposés diverses drapeaux Français et Italiens avec une table et un casque militaire.

En continuant, dans les deux pièces du fond se trouvait un grand nombre de fauteuils, de chaises, et même un baby-foot, le tout entouré de rideaux et “ambiancé” par une boule disco. Ce qui semblait être une pièce pour les réceptions ou les fêtes. Le ressenti y était très serein et assez amusant en jouant avec les lampes de poches sur la boule qui bougeait légèrement.

La visite se poursuivie par l’étage, mais déjà dans l’escalier un élément y était étrange. Une grande feuille était disposée à terre nous prévenant d’un éventuel danger avec un gros “NON”. Malgré cela, rien de spécial y était présent. Sur la droite, un panneau bloquait l’accès au couloir nous prévenant surement sur le fait que l’étage tombait littéralement en ruine, en effet, c’était le cas, en plus de posséder des pièces entièrement vides. De l’autre côté, à gauche, se trouvait d’autres partiellement vides, seuls quelques rares meubles y étaient présents, dont une vieille télévision cathodique étrangement disposée au bout du couloir. Les autres pièces de l’avant à l’avant de la bâtiment étaient sans intérêt.

Après un rapide tour pour prendre quelques dernières photographies, nous sommes ressorti, et nous avons remarqué un ancien panneau présentant les plats cuisinés sûrement pendant une des colonies ou banquets.

D’extérieur, le château semblait en début de ruine, mais ce n’était pas forcément le cas dans son entièrement une fois à l’intérieur.

IMPRESSION

Je ne m’attendais pas à grand chose pour ce château, pensant au début ne pas pouvoir y entrer, ou au pire, qu’il était encore habité ou utilisé. Malgré ça, objectivement ce fut une bonne surprise, la lumière y était agréable et pas mal de chose intéressantes et intrigantes y étaient encore. Il pouvait paraître vide par endroit, mais ces certains endroits le rendait unique. Malheureusement, nous avons oublié d’explorer le second étage, ayant omis de chercher un escalier y menant; l’escalier principal se terminait au premier.

Merci à AdcaZz, Thibault et Esteban.

© Les photos présentes dans cet article sont protégées par le droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *