Historical Goose Park

Accessibilité
70%
Dangerosité
70%
Etat
95%
Intérêt
90%

“Si on s’apercevait que la terre tourne, les manèges feraient faillite.”

Ayant manqué de peu d’explorer  Dadipark avant sa destruction presque totale, je n’avais, jusqu’à maintenant, jamais pu explorer de parc d’attraction abandonné mais, arrivé de nulle-part, celui-ci se présenta à nous pour notre plus grand plaisir!

DÉCOUVERTE

Abandonné depuis février 2019, c’est un parc qui a pour l’instant peu tourné, et tant mieux! Se situant dans une zone assez huppée, il est tout de même assez peu discret dans le paysage qui l’entoure… Mais est encore dans un état parfait malgré le deux manèges qui ont déjà été vendus.

HISTOIRE

Initialement ouvert en 1898 sur le terrain d’une ancienne ferme qui appartenait à une grande famille de la région. Ce n’est alors qu’un grand restaurant avec un parc et un étang qui s’agrandissait d’année en année.

En 1907 fut inauguré le premier carrousel à eau du parc, qui était toujours là lors de notre visite. C’était alors une destination populaire dans la région qui accueillait souvent de grandes entreprises. Vers 1930, grâce à l’agrandissement du restaurant et aux nombreuses demandes, au nord fut édifiée, une “forêt de contes de fée” se frayant un chemin à travers la colline surplombant le parc.

N’ayant subit aucun dégât trop important durant la Seconde Guerre Mondiale, certains bâtiments, comme l’atelier de réparation fut entièrement rénové et modernisé. Jusqu’en 1997, on compta environ sept nouveaux manèges et activités diverses à travers le parc, comme un petit théâtre ou des balançoires.

Malheureusement, à partir de la fin du siècle, le parc en difficulté changea de propriétaire et il fut fermé durant trois ans pour d’importantes rénovations et l’édification d’une salle de réfectoire et jeux plus moderne s’inspirant de la forte arrivé des plaines de jeux commerciales. Avec un nouveau nom, le parc rouvrit en 2002.

En 2016, devenu trop vieux pour gérer une telle affaire, le propriétaire décida une première fois de vendre le parc, en vain… C’est seulement début 2019 que la décision fut prise de ne pas ouvrir le parc pour la nouvelle saison et de le laisser tel quel faute de moyens.

Malgré tout, la partie restaurant, le carrousel et la forêt de contes de fée sont classés aux monuments historiques depuis 1985.

L’EXPLORATION

Nous sommes arrivés non loin du parc vers 4 heures du matin, après une sieste d’environ 3 heures dans la voiture alors qu’il avait plu et que les lumières des lampadaires nous éblouissaient, nous sommes partis en direction de l’arrière du  parc pour trouver une entrée. On nous avait précisé que le voisinage se balader souvent dans les environs, et ce postulat était correct, à 7 heures du matin nous avons croisé beaucoup de monde… Mais rapidement, nous avons trouvé un passage.

Après une descente assez raide pour accéder au sain du parc, nous nous trouvions directement  dans la fameuse “forêt des contes de fée” où toutes les cabanes classées avaient été vidée, probablement pour l’hiver. Automne oblige, l’entièreté du chemin était recouvert de feuilles mortes mais celui-ci nous amenait directement au parc à travers une magnifique forêt orangâtre…

Une fois arrivé, le spectacle était unique, on avait une vue sur l’entièreté du parc et de son abandon précoce. Juste à côté de nous, un grand arbre qui était en réalité une marionnette qui pouvait s’animation et prendre vie grâce à une bande son qui s’activait grâce à un interrupteur, à ses pieds, deux petites vitrines nous présentaient d’autres entités et peluches envahies par la rosée du matin, cela donnait une vision assez flippante à la mise en scène.

Le premier manège à croiser notre chemin était le carrousel avec le tram beige, en parfait était, je suis sûr qu’il aurait pu fonctionner, encore aurait-il fallu connaître les bonnes commandes pour l’activer. Juste en face de celui-ci, était présent l’enclot et les écuries des chèvres, fort heureusement pour ces bêtes, vide. Mais, un résident, lui, était toujours présent, une oie se baladait tranquillement sur ce terrain sans vraiment nous prêter attention ni même glousser. Quelques toboggans étaient aussi présents, jouant sur la pente délimitant le secteur.

Avant de s’aventurer dans la partie en face, nous nous d’abord dirigés vers le carrousel à eau où, sur la route, se trouvait l’entrée de la “forêt des contes de fée”. Malheureusement, nous ne nous sommes pas orientés plus loin que ce manège, ayant repéré ce qui ressemblait fortement à une alarme dans le coin du bâtiment. Nous avons donc rebroussé chemin.

En longeant le lac après le premier carrousel, nous sommes tombé sur un petit bateau “de fortune” qui se déplaçait grâce à la force de nos bras, grâce à deux cordes. Non loin, d’autres vitrines étaient présentes et mettaient en scène divers décors, dont un aux mœurs assez étrange pour ce genre de parc (à en juger via la vidéo de AdcaZz ). Juste en face, un petit théâtre était présent, il devait jadis y avoir des représentations de guignols ou autres scène organisées par le parc.

En suivant les chemins, nous arrivions petit à petit au niveau du restaurant, partie où nous savions qu’une alarme était présente, ce qui nous a empêché d’aller l’explorer, mais non loin de là, juste à côté d’un étrange âne bien creepy, le second carrousel se présentait à nous, lui, contrairement à son collègue, avait ses véhicules recouvert par des bâches, seuls certains étaient apparent. Juste derrière celui-ci, se trouvait se qui semblait être un ancien stand de nourriture où était entreposé une vingtaine d’horribles figures, statuettes et autres marionnettes de mauvais goût. Le chemin quant à lui nous menait sur l’autre côté du carrousel à eau où il y avait un bateau pirate et une imitation de bateau à aube conçus de la même façon que le premier rencontré. Mais que l’on suivait devait nous mener directement à l’intérieur du bâtiment où il y avait les jeux couverts et autres curiosités.

En passant par l’arrière du bâtiment, nous étions malheureusement complètement à vue depuis le chemin résidentiel. Or une fenêtre au loin était cassé et nous a rapidement permis d’entrer à l’intérieur.  La première pièce, comme les deux qui suivaient, étaient des débarras, presque remplis jusqu’au plafond de documents, déguisements, parfois de petits chevaux/motos pour les manèges, d’autres fois de jouets quasi neufs ou encore emballés, ou encore d’anciennes affiches pour le parc. Vites passés, nous étions alors dans la salle qui nous intéressait tant; la salle des jeux couverts qui était dans un état parfait. Les jeux eux témoignaient quand même d’un passage de quelques explorateurs, mais l’ensemble était nickel, ils étaient surplombés par la mascotte du parc, un personnage très connu de cette région Allemande (pour des raisons évidentes que je ne citerais pas le nom).

Au sain de ces jeux étaient présent une piscine à boule, un coin trampoline (de fortune et assez dangereux), ainsi qu’un baby-foot que l’on a malheureusement pas pu tester…  Le reste du bâtiment était aussi rempli, juste en face du parcours se trouvaient encore d’autres statues mais aussi des scènes de marionnettes qui pouvaient être déplacés et animées par un interlocuteur situé à l’arrière. Dans l’ensemble de la salle d’ailleurs, résidaient une multitude de trottinettes, véhicules pour enfants, chariots, etc. De quoi bien s’amuser.

En continuant, non loin du baby-foot et près de machines à pinces en parfait état, un nombre conséquent de tables et de chaises toutes de différentes couleurs, elle servait surement aux parents pour patienter pendant que leurs enfants s’amusaient. C’est d’ailleurs pour cela qu’un bar était présent, lui aussi décoré d’une multitude de babioles et autres peluches et statues au goût douteux, plusieurs boissons et bières étaient aussi encore non consommées… Dans un petit coin derrière d’autres machines à pinces, se révélaient de magnifiques tables et chaises à l’aspect atypique rappelant l’écorce d’un arbre.

Tout au fond du bâtiment, des cuisines encore utilisables était laissées là, sans vie, avec un étrange petit appareil qui était encore allumé, nous n’avons jamais su ce que ça pouvait être… Non loin des cuisines, diverses objets de grandes valeurs étaient laissés à l’abandon mais témoignait d’une possible mise aux enchères, et les prix de départs étaient très hauts (avoisinant les 800 à 2000€)… Une fois passé à l’étage, qui était camouflé par encore plus de peluches et statues, nous nous sommes retrouvés nez à nez avec le bureau du directeur du parc, lui aussi autant décoré d’objets (le propriétaire devait avoir une syllogomanie… cela rappelle une certaines villa explorée il y a deux ans…). Par contre , il y avait un magnifique petit “mémorial” en l’honneur du parc.

Une fois ressortie, nous avons quand même voulu passer devait la dîtes alarme et celle-ci en était vraiment une, elle se mit à sonner et elle mit fin à notre visite, d’autant plus que nous avions pratiquement tout fait (mise à part le restaurant et l’atelier).

IMPRESSION

En tant que premier parc abandonné exploré, j’étais réellement grandement impression par ce que je voyais, d’autant plus que tout était dans un état parfait, il n’y avait aucune trace de vandalisme ni de choses cassées (mise à part la fenêtre pour entrer dans le bâtiment…), certes, quand il était ouvert ce devait être un parc assez ennuyeux , même pour un enfant arrivant dans les douze ans mais le fait de voir un tel lieu bien préservé et témoignant d’un patrimoine historique et régional si grand, c’est magnifique, en rajoutant à cela, les couleurs de l’automne. De plus, plus ou moins tout au long de notre escapade, l’oie nous suivait tranquillement, comme si elle avait tout de même besoin d’une présence humaine pour pimenter sa vie, fort heureusement, elle n’a déclenché aucune alarme, elle. En fin de compte ce fut une excellente exploration, malgré le fait que nous venions de nous lever, ça a permis de bien nous réveiller…

Merci à AdcaZz, Thibault, Esteban, Perrine et Laurine!

© Les photos présentes dans cet article sont protégées par le droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *