Maison Biotex

Accessibilité
80%
Dangerosité
30%
Etat
65%
Intérêt
65%

“Si tu parles à ton eau de Javel pendant que tu fais ta lessive, elle est moins concentrée ” Légaré

Il y a des lieux comme celui-ci où on se demande vraiment qu’est-ce qui est passé par la tête des explorateurs qui ont organisé certaines pièces, néanmoins, il est tout de même vrai que trouve autant de cartons de lessives, c’est une chose très atypique…

DÉCOUVERTE

C’est le genre de maison abandonnées que j’aime, propre, en bon état, sa recherche fut assez difficile, son extérieur étant assez classique dans l’architecture Belge, mais son intérieur renfermait une curiosité ainsi qu’un passé resté pratiquement tel quel. Toujours de quoi faire plaisir.

EXPLORATION

Après un accès assez simple au terrain, nous nous sommes directement dirigés vers l’arrière de la maison, qui ressemblait beaucoup à la Ferme Boon. Deux portes s’offraient à nous; une menant au garage et l’autres à la demeure.

En passant donc vers la seconde, à gauche, nous nous retrouvions directement dans la cuisine qui présentait peu d’intérêt mais qui donnait directement au salon/salle à manger qui faisait toute la largeur du logis. Les chaises encore autour de la grand table, celle-ci était accompagnée de l’ameublement classique, buffet, meuble TV sans télévision. Tout au fond la pièce avait son coin sofa avec sa petite cheminée forgée toute belle.

Par un corridor, on accédait à l’escalier, où des souliers avaient été disposés sur les cinq premières marches, comme on nous invitait à faire de même pour éviter de salir l’étage. Tel des rebelles, nous n’avions pas respecté cette supposé recommandation.  Néanmoins, l’étage, peuplé de trois chambres, chacune dans une couleur et un style bien différent. La première, la fameuse image de “publicité” pour Biotex et Omo, était plongée dans une ambiance rosâtre et jaune assez banale, avec ses classiques crucifix trouvable un peu partout. La seconde, plus optée dans les années 1970, était dominée d’un vert à la tapisserie douteuse. Et la dernière, moins large, était un peu plus abîmée par l’humidité était légèrement saccagée.

Des détails par-ci par-là passé, nous nous sommes dirigés vers le garage, qui via la première porte qui menait d’abord à un grand débarras, nous donnait la vue qu’à une ancienne Renault 11 qui était dans un assez bon état.

IMPRESSION

Comme je le disais plus haut, c’est le genre de lieu que j’aime explorer, où tout reste tel quel malgré quelques mises en scène d’autres explorateurs. Mais justement c’est aussi le genre de bâtisses qui laisse place à un élément assez spécial, un élément atypique qui se remarque et ne s’oubli pas, même si c’est quelque chose d’aussi farfelu qu’ici. En bref, une belle visite, qui se retiens par ses multiples qualitées.

Merci à Laurine

© Les photos présentes dans cet article sont protégés par le droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *